Archives par étiquette : Conseil municipal

Plédran à la recherche d’un label « Haute Sécurité » ?

Article de l’opposition dans le Plédranais de décembre 2017

Plédran bénéficie d’un beau cadre de vie et possède beaucoup d’atouts pour s’y sentir bien. Il est pourtant un domaine où il existe un déficit, c’est celui de l’information, la vraie. Celle qui fait part des décisions prises pour notre territoire. Depuis quelques mois, les délibérations du Conseil municipal ne sont plus relatées dans le Plédranais ou avec un tel décalage qu’elles perdent de l’intérêt. Le magazine ressemble plus à l’instrument de propagande de la Majorité qu’à un bulletin d’informations communales.
Ainsi avons- nous appris davantage sur le niveau de sécurité préconisé par le maire en lisant le Télégramme du 3 novembre que par tout autre canal d’information. Or, lors d’un Conseil municipal, à la question de la Minorité sur les statistiques de délinquance à Plédran, Monsieur Le Maire avait dit qu’il ne pouvait communiquer les chiffres !
Mais, voilà que pour justifier cet élan sécuritaire, on apprend par voie de presse que, « en 2015, nous avions connu beaucoup de cambriolages, notamment à cause d’une bande en provenance de l’Est. En 2016, le nombre de cambriolages a baissé….» Si les délits ont été élucidés, en quoi est-il nécessaire de déployer d’autres actions puisque gendarmes et policier municipal ont bien rempli leur mission?
Placer des caméras autour des bâtiments se conçoit et leur utilité sur la commune a déjà été démontrée. Mais la surveillance aléatoire sur des ronds-points nous laisse perplexes. Dans les villes et quartiers où elles sont ainsi installées, il y a plus de monde dehors la nuit et bien plus de circulation que chez nous. A ces endroits-là, leur efficacité réside dans le lien avec un centre de supervision urbain, prêt à déclencher les services de police sur le champ. Ici ce n’est ni possible, ni justifié. Plédran n’est pas la banlieue Nord de Marseille ! Pour comparaison, la ville d’Aubagne, 46 600 habitants, « classée » ville sécuritaire, possède 50 caméras (une caméra pour 900 habitants) et Plédran, 6400 habitants, va royalement avoir 1 caméra pour 500 habitants.
Et puis, à l’heure où la Majorité se plaint des contraintes financières, voilà une économie à réaliser ou mieux une dépense à ne pas engager. Un budget de 100 000€  pour seulement 64 000€ inscrits au budget 2017 ???
Par contre, la sécurité sur les trottoirs ne préoccupe pas les élus de la Majorité. Ainsi, rue J Prévert, les voitures stationnent sur les trottoirs et les parents doivent rouler leur poussette sur la chaussée ! On ne sait pas pourquoi les panneaux d’interdiction de stationner été retirés et pourquoi les requêtes auprès de Mr le Maire n’ont pas abouti !

Deux ans déjà!

Voilà deux ans, les Plédranais ont fait le choix de l’alternance au Conseil Municipal. Nous participons aux commissions et à toutes les instances où nous sommes conviés pour continuer à apporter notre pierre à l’édifice.
Souhaitant faire le point et vous informer, nous avons distribué un document sur toute la commune en ce début juin (téléchargeable ici)
Le Conseil Municipal ne fonctionne pas bien. Nous hésitons entre le manque de temps, d’intérêt ou de compétences consacrés par la majorité à préparer ses décisions. C’est pourtant par essence le premier lieu de démocratie. Nous votons toutes les délibérations qTract 20160601ui répondent aux préoccupations des Plédranais qui sont généralement en accord avec nos priorités.
Mais nos priorités ne sont manifestement pas celles du maire et de sa majorité. Pour autant cela ne justifie nullement qu’on nous traite par le mépris, qu’on tente de nous faire porter le chapeau d’une mauvaise ambiance, car oui il y a une mauvaise ambiance dans cette assemblée municipale. Les photos de presse en attestent quand le maire perd son calme !
Malgré tout, nous continuerons à travailler dans la limite où nous aurons les informations… et vous pouvez compter sur nous. Notre engagement est toujours celui de femmes et d’hommes déterminés et fiers de s’investir pour leur commune et pour ses habitants.
Vous pouvez nous joindre à la permanence du samedi matin de 10h30 à 12h à la mairie (bureau CCAS), par mail à contact@solidavenir22.fr ou nous suivre sur Facebook « Solid’Avenir Plédran« .

Démission du Conseil municipal

Hier soir, en fin de Conseil municipal, Sylvie Le Tallec a annoncé sa démission. Voici le texte de son intervention :

« Monsieur le Maire,
Je vous remercie de me permettre de faire une courte déclaration à l’issue de ce Conseil municipal puisque ce sera le dernier pour moi.
J’ai été adjointe aux finances de 2008 à 2014 et j’ai consacré beaucoup de temps et d’énergie à la ville de Plédran et ses habitants, en prenant une bonne part sur ma vie personnelle et même professionnelle. Mais c’est sans aucun regret car je suis fière du travail accompli avec Maryse Raoult et toute notre équipe.
En dépit de ce que certains veulent faire croire, ne pas faire de politique dans la gestion d’une commune est impossible. Au sens propre du terme, la politique établit le fonctionnement des instances et les choix de conduite des affaires publiques. Tout élu, ici et ailleurs, fait donc de la politique.
De fait, j’ai été heureuse de faire de la politique avec l’équipe de Maryse, participer aux décisions, y contribuer dans un réel esprit de concertation, avec rigueur et sérieux et en faisant toujours prévaloir l’intérêt général sur les intérêts individuels.
Je tiens à remercier sincèrement toutes celles et tout ceux qui m’ont accompagnée pendant cette période : les élus bien sûr mais également les employés municipaux.
J’ai toujours considéré que le travail d’équipe est enrichissant et que le débat contradictoire permet de progresser, que l’information et la transparence sont indispensables au débat, donc à la démocratie. C’est dans cet esprit que nous avons avancé jusqu’en 2014. Pour autant, les Plédranais ont choisi de vous confier la gestion municipale et je pensais pouvoir trouver ma place en tant qu’élue de l’opposition. Aussi, j’ai gardé jusqu’à ce jour un certain espoir que le mode de fonctionnement adopté puisse évoluer. Or, il n’en est rien. En deux ans, j’ai participé à trop peu de commissions permettant un réel travail de ses membres pour conserver la même énergie à œuvrer pour la commune de Plédran. Ainsi, quitter le conseil est paradoxalement un moyen de rester en accord avec mes convictions. Si j’ai trouvé une autre voie pour m’investir dans les affaires publiques, je ne quitte pas Plédran pour autant et je pense même que j’aurai une plus grande liberté d’expression en étant hors du Conseil municipal.
Mes collègues de l’opposition savent pouvoir continuer à compter sur moi et je leur souhaite bonne route dans leur engagement au service de l’intérêt général et à la défense du service public municipal dont les Plédranais ont grand besoin.
Je vous remercie »