Déclaration de la minorité au Conseil Municipal du 27 novembre 2018

Monsieur le Maire,
Dans le dernier numéro du bulletin municipal, la présentation de notre expression a été retouchée, ce après la commission communication, vraisemblablement afin de minimiser l’appel au rassemblement de samedi dernier sur le dossier «réduction horaire des services de la Poste ». A ce sujet, en mars 2018, la motion rédigée conjointement et votée à l’unanimité demandait le maintien des 29 heures d’ouverture par semaine. Or, au final la négociation que vous avez menée a abouti à une réduction drastique de 9 heures
Par ailleurs, à plusieurs reprises, ces derniers mois, vous nous avez sollicités pour modifier notre expression dans le Plédranais, ce que nous avons refusé. Les termes du règlement intérieur en vigueur stipulent que le contenu est libre. Seuls des propos diffamatoires peuvent amener une censure, ce n’est jamais arrivé !
Nous pensions sans doute naïvement, que nos échanges du 7 novembre dernier auraient permis de travailler pour les Plédranais plus sereinement.
Pour notre groupe, ces agissements démontrent le non-respect de la démocratie à Plédran.
Afin de marquer notre désapprobation, nous quittons le Conseil municipal.

Rassemblement citoyen pour la défense du bureau de poste

Rassemblement citoyen pour la défense du bureau de poste
Place Julien Tanguy
Samedi 24 novembre 2018 à 11h

L’ouverture du bureau de poste de Plédran va passer de 28h45 à 19h30 début 2019 par semaine.
Cette nouvelle donne nous montre à quel point la Poste n’entend plus honorer sa mission de service public. Et ce qui nous étonne, c’est l’aval de M. le Maire pour de tels changements. Les arguments avancés sont toujours les mêmes : diminution du courrier, moins de passages au bureau, montée en puissance des communications internet et surtout difficultés financières car moins de rentabilité…
En admettant certains propos, tel le développement de l’internet, il reste malgré tout un pan du service qui ne sera plus assuré et cela est très dommageable notamment pour la partie la plus fragilisée de la population à savoir nos aînés et les plus démunis.
Alors pourquoi M. le Maire se satisfait-il de cette situation ? Il dit avoir gagné 4h d’ouverture sur la demande de la Poste, mais la vraie lecture est que RÉELLEMENT nous avons perdu 8h15 !
S’il est de bon ton de regarder le verre à moitié plein, il aurait été plus judicieux d’associer l’ensemble du Conseil municipal, comme à Hillion, à la réflexion et aux négociations pour conserver l’amplitude horaire. Faire cavalier seul, est-ce une attitude pour se prévaloir de savoir négocier ou pour ne pas déplaire à la Poste ?
Avec de telles restrictions d’ouverture, nous atteignons un seuil critique pour la viabilité à terme de notre bureau, d’ici 2 à 3 ans. Moins d’ouverture entrainera nécessairement moins de clients !
Nous ne comprenons absolument pas que l’ensemble du Conseil Municipal, voire la population, n’aient pas été informés et conviés en juin à cette réflexion sur la question fondamentale de service public. La fermeture partielle était actée depuis début juillet (date confirmée par M. le Maire en conseil municipal du 23 octobre). La Minorité l’a appris par voie de presse fin septembre alors que nous avions demandé à en échanger au conseil municipal de septembre !
Où est passée l’expression démocratique ?
Est-ce là une manière de procéder vis-à-vis de la population ? Nous ne le pensons pas.
Mais ce qui nous intéresse surtout, c’est de sauver ce bureau qui a toute son utilité sociale dans une commune de plus de 6500 habitants. Nous croyons encore à l’existence d’un bureau digne de ce nom et nous voulons le démontrer aux responsables de la Poste. Cependant, cela ne peut se faire qu’avec vous, Plédranaises et Plédranais, aussi nous vous invitons à un

Rassemblement citoyen pour la défense du bureau de poste
Place Julien Tanguy
Samedi 24 novembre 2018 à 11h

Venez nombreux, il en va de la pérennité de notre bureau de poste

Plédran à la recherche d’un label « Haute Sécurité » ?

Article de l’opposition dans le Plédranais de décembre 2017

Plédran bénéficie d’un beau cadre de vie et possède beaucoup d’atouts pour s’y sentir bien. Il est pourtant un domaine où il existe un déficit, c’est celui de l’information, la vraie. Celle qui fait part des décisions prises pour notre territoire. Depuis quelques mois, les délibérations du Conseil municipal ne sont plus relatées dans le Plédranais ou avec un tel décalage qu’elles perdent de l’intérêt. Le magazine ressemble plus à l’instrument de propagande de la Majorité qu’à un bulletin d’informations communales.
Ainsi avons- nous appris davantage sur le niveau de sécurité préconisé par le maire en lisant le Télégramme du 3 novembre que par tout autre canal d’information. Or, lors d’un Conseil municipal, à la question de la Minorité sur les statistiques de délinquance à Plédran, Monsieur Le Maire avait dit qu’il ne pouvait communiquer les chiffres !
Mais, voilà que pour justifier cet élan sécuritaire, on apprend par voie de presse que, « en 2015, nous avions connu beaucoup de cambriolages, notamment à cause d’une bande en provenance de l’Est. En 2016, le nombre de cambriolages a baissé….» Si les délits ont été élucidés, en quoi est-il nécessaire de déployer d’autres actions puisque gendarmes et policier municipal ont bien rempli leur mission?
Placer des caméras autour des bâtiments se conçoit et leur utilité sur la commune a déjà été démontrée. Mais la surveillance aléatoire sur des ronds-points nous laisse perplexes. Dans les villes et quartiers où elles sont ainsi installées, il y a plus de monde dehors la nuit et bien plus de circulation que chez nous. A ces endroits-là, leur efficacité réside dans le lien avec un centre de supervision urbain, prêt à déclencher les services de police sur le champ. Ici ce n’est ni possible, ni justifié. Plédran n’est pas la banlieue Nord de Marseille ! Pour comparaison, la ville d’Aubagne, 46 600 habitants, « classée » ville sécuritaire, possède 50 caméras (une caméra pour 900 habitants) et Plédran, 6400 habitants, va royalement avoir 1 caméra pour 500 habitants.
Et puis, à l’heure où la Majorité se plaint des contraintes financières, voilà une économie à réaliser ou mieux une dépense à ne pas engager. Un budget de 100 000€  pour seulement 64 000€ inscrits au budget 2017 ???
Par contre, la sécurité sur les trottoirs ne préoccupe pas les élus de la Majorité. Ainsi, rue J Prévert, les voitures stationnent sur les trottoirs et les parents doivent rouler leur poussette sur la chaussée ! On ne sait pas pourquoi les panneaux d’interdiction de stationner été retirés et pourquoi les requêtes auprès de Mr le Maire n’ont pas abouti !

Bilan de mi-mandat : 3 ans déjà !

L’avis de l’opposition

Nous constatons que peu de réalisations ont vu le jour côté investissement, or il y avait urgence à lancer le restaurant scolaire et la cuisine centrale en début de mandat pour le bien-être des enfants notamment.
Et outre que cela est préjudiciable à l’économie locale, donc à l’emploi, c’est une perte de temps en termes d’équipements communaux.
La maison des associations, une priorité ? Pour nous, même si elle a sa raison d’être, nous pensons que le pôle Enfance Famille méritait d’être repensé auparavant.
Nous souhaitons aussi que le budget voirie soit revu car l’état des routes se détériore et cela, alors que les derniers hivers ont été cléments.
Quant à la construction de logements, un réel déficit s’installe. Le réveil risque d’être douloureux dans quelques années alors que nous avions pris un rythme de croisière intéressant pour le développement de la commune. Il suffisait juste d’avoir la volonté de créer des lotissements puisque les terrains sont, soit réservés, soit même en voie d’acquisition. Et Le Plan Local d’Urbanisme s’achève après 3 années d’attente pour peu de modifications au final.
Coté fonctionnement, nous réitérons la demande de création d’un poste d’éducateur de rue ainsi que d’actions en faveur de l’enfance jeunesse et d’éducation à la parentalité plutôt que la création d’un poste de policier municipal.
Nous déplorons toujours le fonctionnement des commissions ainsi que l’absence de réflexion globale sur les espaces verts, les bâtiments…. dont le traitement semble être réalisé au coup par coup sans schéma d’ensemble. Tout comme nous déplorons d’avoir été évincés du Conseil communautaire.
Et où est passée la belle réorganisation présentée en Conseil Municipal et dont les délibérations ne font même pas référence ? C’est ce genre d’illusion qui exaspère pendant que d’autres sujets beaucoup plus importants restent en suspens.
La gestion municipale ne se résume ni à la seule gestion du quotidien, même si elle est capitale, ni à l’organisation de festivités qu’au demeurant les associations savent très bien faire. On espère de l’anticipation, de l’accompagnement de la population avec des services de proximité, du développement d’infrastructures communales. Mr Le Maire, dans sa profession de foi de 2014, écrivait vouloir soutenir une politique pour le commerce, créer un cap sports, etc., autant de belles idées sur papier mais qui aujourd’hui sont en attente.
La gestion municipale c’est aussi donner sa place à toutes les représentations pour une plus grande transparence des décisions prises. Les comités de suivi ou de pilotage réunis pour être des chambres d’enregistrement ne traduisent pas une démarche de démocratie participative.

Le mot du président

Madame, Monsieur,

L’association Solid’Avenir a été créée après les élections municipales de 2014 à partir de la liste conduite par Maryse Raoult. Déjà trois ans d’existence pour cette association dont le but est d’une part d’accompagner les élus de la minorité municipale et d’autre part d’engager des réflexions sur le devenir de notre territoire de vie que sont la Commune de Plédran et l’Agglomération de Saint-Brieuc Armor. Susciter la réflexion, l’analyse, le débat sur Plédran, échanger sur les attentes de la population sont à la portée de toutes et tous.
Comme toute association, nous avons des adhérents avec un conseil d’administration et un bureau. En février dernier, j’en suis devenu le président, succédant à Yann Gillet qui a été le premier à animer notre association et que je remercie pour son investissement.
Notre volonté est aussi d’organiser des rencontres citoyennes et de communiquer sur différents sujets. Ainsi, au printemps 2016, nous avons diffusé à 3000 exemplaires, un papier intitulé « 2 ans déjà » qui donnait notre position sur les deux premières années du mandat du maire S. Briend.
Comme la réflexion et le débat ne doivent pas empêcher la convivialité, nous avons aussi à l’automne, une soirée festive.
Composée au départ de nombreux membres de la liste, Solid’Avenir voit ses effectifs augmenter avec des plédranais-citoyens qui nous rejoignent. C’est une très bonne chose. Alors vous aussi, prenez contact avec nous. Vous pouvez nous joindre par ce site internet de l’association mais aussi par Facebook ou tout simplement en passant voir nos élus de permanence le samedi matin à la mairie ou encore en me contactant directement. C’est avec plaisir que nous vous accueillerons.
Bien cordialement,
Michel Morin