Archives pour la catégorie Majorité municipale

Budget 2019

Lors du conseil municipal du 26 mars nous devions nous prononcer sur le budget primitif 2019. Habituellement nous votons pour la majeure partie des délibérations proposées car elles engagent l’avenir de la commune et font partie des actes nécessaires au bon fonctionnement de la collectivité. Mais là, ni le document support du budget ni les réponses apportées par la Majorité en séance ne nous ont convaincus du bien-fondé de certaines orientations prises pour 2019. Et pour cause, alors qu’un prêt de 1 million 300€, correspondant normalement à l’enveloppe des travaux d’économie d’énergie, a déjà été réalisé, nous retrouvons 700 000€ provisionnés à nouveau sur l’EHPAD. En réponse à notre étonnement, il nous a été dit que cela relevait de l’artifice comptable pour équilibrer les dépenses et recettes mais qu’il n’y avait pas d’affectation particulière. Une telle somme inscrite sans objet s’apparente à une erreur de gestion !

Sans vouloir faire une bagarre de chiffres, nous ne comprenons pas davantage pourquoi ceux publiés dans le « Plédranais » ne correspondent pas avec les chiffres des documents officiels. En effet dans le Plédranais d’avril, il est écrit que 500 000€ de subventions ont été attribués pour le restaurant scolaire et l’UPC alors qu’au compte administratif 2018 (CA qui équivaut à la clôture des comptes) il est noté 150 000€ auxquels s’ajoutent 175 000 attendus au budget 2019 soit 325 000€. Où est passé le delta de 175 000€ ?

L’information est identique pour les subventions de la Maison des Associations : Au CA de 2018 nous trouvons, 130 000€ inscrits et 238 200€ programmés sur le budget 2019 soit 368 200 alors que le « Plédranais » affiche 396 000€. Ici l’écart est moindre mais tout de même de 28 000€.

Où se situe l’exactitude des comptes communaux ? Dans le « Plédranais » ou dans les documents officiels ?

Quel mobile pousse la Majorité à donner des chiffres différents ?

Nous avons aussi relevé que la Maison des Associations avoisinait les 914 000€ HT hors aménagements extérieurs qui, eux, passent sur le budget de la rue des Ecoles (501 000€). Nous regrettons que le coût initial de ce projet soit largement dépassé malgré les subventions obtenues et surtout qu’il ne reste plus que 350 000€ pour les 120 km que constitue l’ensemble de la voirie. Or, si les routes ne sont pas entretenues régulièrement, leur remise en état ne sera que plus difficile et plus onéreuse. Quant aux chemins ruraux, en 2018, il avait déjà été accordé 30 000€ mais visiblement 0€ dépensé ; il est donc normal que ce compte soit crédité du double cette année !

Tous ces constats ainsi que le surdimensionnement de l’UPC, nous ont amenés à voter contre ce budget 2019.

Le bois de Plédran en mars 2019

A maintes reprises, nous avons rencontré des promeneurs enchantés des aménagements réalisés dans le bois. La tyrolienne et les autres installations satisfont les enfants qui ont envie de se défouler et de prendre de l’assurance.

La reprise de certaines allées contribue aussi à l’engouement des visiteurs du bois qui sont toujours très nombreux dès que le soleil apparaît. Dommage que les travaux du parking n’aient pas eu l’effet escompté.

Mais le dommage est bien plus grand au niveau de l’exploitation du bois. La Municipalité a décidé il y a quelques temps, d’évincer les Plédranais qui y faisaient leur bois de chauffage.  Pourtant ces bûcherons occasionnels le réalisaient dans des coupes bien établies avec l’ONF et en accord avec les élus en charge du domaine. Ils travaillaient en famille ou entre copains, avec du matériel artisanal et faisaient attention à l’environnement. Un bon exercice physique dans un beau cadre. Pour compléter l’entretien, de temps en temps un débardage était effectué par une équipe professionnelle avec un cheval attelé pour sortir le bois des endroits difficiles.

Ce changement de politique, dit au nom de la sécurité (nous n’avons jamais eu connaissance de problème de cette nature), a provoqué quelques dégâts au nord-est du bois. Un forestier appelé pour abattre des arbres l’a fait en se souciant peu de la zone où il exploitait. De plus, de grosses ornières sont apparues y compris dans les chemins existants. Evidemment il nous sera répondu qu’il est impossible de faire mieux et qu’aux beaux jours, il devrait y avoir une remise en état conformément au code forestier. Nous pensons qu’il aurait été judicieux, de ne pas entreprendre ces travaux à l’approche de l’hiver mais plutôt en période plus sèche pour éviter tous ces délabrements. Et surtout de poursuivre les bonnes vieilles méthodes d’abattage.

Dans d’autres points du bois, un conifère jonche une allée depuis quelques temps, un petit pont de bois est impraticable du fait de sa vétusté… Ce sont autant d’exemples prouvant que l’entretien laisse à désirer !

Alors à l’approche du Printemps du Développement Durable qui devrait tous les ans nous faire réfléchir sur nos pratiques environnementales, nous constatons une nouvelle fois que pour la Municipalité, les apparences sont plus importantes que les actions de protection. Quelques beaux spots de publicité d’une part, mais d’autre part des manques importants dans la gestion globale de cet espace boisé.

Le bois de Plédran, un des emblèmes de notre commune mérite bien plus de considération que des mentions dans les discours quand on en a besoin !

Des photos confirmant ces propos sont visibles sur le site.

Démission du Conseil municipal

Hier soir, en fin de Conseil municipal, Sylvie Le Tallec a annoncé sa démission. Voici le texte de son intervention :

« Monsieur le Maire,
Je vous remercie de me permettre de faire une courte déclaration à l’issue de ce Conseil municipal puisque ce sera le dernier pour moi.
J’ai été adjointe aux finances de 2008 à 2014 et j’ai consacré beaucoup de temps et d’énergie à la ville de Plédran et ses habitants, en prenant une bonne part sur ma vie personnelle et même professionnelle. Mais c’est sans aucun regret car je suis fière du travail accompli avec Maryse Raoult et toute notre équipe.
En dépit de ce que certains veulent faire croire, ne pas faire de politique dans la gestion d’une commune est impossible. Au sens propre du terme, la politique établit le fonctionnement des instances et les choix de conduite des affaires publiques. Tout élu, ici et ailleurs, fait donc de la politique.
De fait, j’ai été heureuse de faire de la politique avec l’équipe de Maryse, participer aux décisions, y contribuer dans un réel esprit de concertation, avec rigueur et sérieux et en faisant toujours prévaloir l’intérêt général sur les intérêts individuels.
Je tiens à remercier sincèrement toutes celles et tout ceux qui m’ont accompagnée pendant cette période : les élus bien sûr mais également les employés municipaux.
J’ai toujours considéré que le travail d’équipe est enrichissant et que le débat contradictoire permet de progresser, que l’information et la transparence sont indispensables au débat, donc à la démocratie. C’est dans cet esprit que nous avons avancé jusqu’en 2014. Pour autant, les Plédranais ont choisi de vous confier la gestion municipale et je pensais pouvoir trouver ma place en tant qu’élue de l’opposition. Aussi, j’ai gardé jusqu’à ce jour un certain espoir que le mode de fonctionnement adopté puisse évoluer. Or, il n’en est rien. En deux ans, j’ai participé à trop peu de commissions permettant un réel travail de ses membres pour conserver la même énergie à œuvrer pour la commune de Plédran. Ainsi, quitter le conseil est paradoxalement un moyen de rester en accord avec mes convictions. Si j’ai trouvé une autre voie pour m’investir dans les affaires publiques, je ne quitte pas Plédran pour autant et je pense même que j’aurai une plus grande liberté d’expression en étant hors du Conseil municipal.
Mes collègues de l’opposition savent pouvoir continuer à compter sur moi et je leur souhaite bonne route dans leur engagement au service de l’intérêt général et à la défense du service public municipal dont les Plédranais ont grand besoin.
Je vous remercie »

Travaux rue d’Armorique : une communication chaotique

Blanc 1cm
Témoignage de Yann Gillet

Le 9 février dernier, j’ai écrit à la mairie pour exprimer ma surprise d’apprendre le commencement des effacements de réseaux de la rue d’Armorique, d’autant plus que des travaux sont à effectuer dans ma propriété. (courrier du 09/02/2016 )
20160214 TravauxLa réponse en date du 10 février, de M. Josse, adjoint aux travaux, ne pouvait être considérée comme satisfaisante eu égard aux précisions apportées. (mail du 10/02/2016 )
Je lui ai donc présenté par mail du 15 février un argumentaire justifiant mon mécontentement. (mail du 15/02/2016 )
Le 17 février, je lui ai demandé, via son secrétariat, un rendez-vous lors de sa permanence ou à tout autre moment mais il n’a pas voulu me recevoir, prétextant qu’il me verrait lors de la réunion publique du 9 mars !
Or, la date de cette réunion n’a été annoncée que lors du conseil municipal du 25 février…
A ce jour (6 mars 2016), les travaux dans ma propriété ne sont toujours pas terminés. Aucun contact n’a été pris avec moi pour m’informer de la suite de ces travaux.
Je vous laisse juge de la maîtrise des dossiers et des méthodes de communication de notre municipalité…

20160222 P109068120160222 P1090682

Du bon usage des commissions municipales

Les Commissions Communales sont instituées pour informer les citoyens et recueillir leur avis sur les questions les plus importantes les concernant, au plus près de la vie locale.
Les différentes commissions sont réunies en cours d’année pour, à partir des souhaits de l’équipe municipale, apporter l’éclairage averti des usagers des services et au-delà, de l’ensemble des Plédranais sur les questions les concernant directement. Sur le site internet de la mairie, il est d’ailleurs précisé que « chaque commission est compétente pour traiter des politiques municipales développées dans son domaine et examine les projets de délibérations soumis à l’approbation du Conseil Municipal portant sur son domaine« .
Nous pouvons également regretter que la liste et la composition de ces commissions ne soient pas mises en ligne sur cette même page internet, d’autant plus que les membres ont été validés en Conseil municipal.
Bien sûr, le conseil de techniciens publics de l’Etat ou autres, le Receveur municipal par exemple, peut être sollicité. Parfois, moyennant rétribution, il peut être recouru à des cabinets privés spécialisés pour le chiffrage et le montage de certains projets particuliers.
L’adoption du budget est la délibération la plus importante de l’année pour la gestion de la commune, pour le Maire et le Conseil Municipal puisqu’elle conditionne par leur chiffrage le fonctionnement des services communaux et la réalisation des nouveaux équipements de la commune.
Pour ce véritable premier budget de la nouvelle municipalité, nous regrettons vivement, (comme l’ont d’ailleurs rappelé les élus de la minorité en Conseil municipal), cet « oubli » – selon M. l’adjoint aux finances – de réunir la commission des finances, dont la justification traditionnelle est pourtant de concourir à la préparation du budget. (cf. ci-dessous Ouest-France du 26/03/2015)
Il convient ici de rappeler le souhait exprimé l’an dernier par la nouvelle majorité de « voir naître un engagement de Plédranaises et Plédranais au sein même des commissions municipales… en mettant leurs compétences, leur savoir, leur regard, leurs idées au service de Plédran. » (cf. ci-dessous le Plédranais n° 438 d’Avril 2014 )
Le résultat malheureux de cette inconséquence est, bien sûr, le découragement citoyen des bonnes volontés mais surtout, plus grave, le manque patent de préparation du budget.
Quel courage, Monsieur le Maire, plutôt que de reconnaître l’inexpérience de votre équipe et de vous en excuser, de ne pas assumer votre responsabilité et de tenter de la rejeter sur un changement de logiciel informatique, l’absence du Directeur général des services et quelque autre motif.

Plédranais d'avril 2014

Plédranais d’avril 2014 – mot de la majorité

Ouest-France du 26/03/2015

Ouest-France du 26/03/2015