Archives mensuelles : avril 2017

Plédranais mai 2017 : Un budget en trompe l’œil!

Article de l’opposition dans le Plédranais de mai 2017

Décidément à Plédran dès qu’il s’agit de budget nous allons de surprises en surprises tant sur la forme que sur le fond. Celui de 2017 ne faillit pas à la règle de l’interprétation des chiffres car le budget qui vous a été présenté comporte quelques omissions.
Ainsi, le budget est annoncé pour 12 millions dans l’édito du dernier Plédranais, les recettes d’investissement sont ignorées, les dépenses sont globalement estimées à 5 millions et  seulement 3 millions sont détaillés. Quid du reste ?
Les Plédranais ont ils le droit à une copie revisitée de la réalité budgétaire ?
Dans la presse, nous avons lu que Mr Le Maire annonçait pompeusement que 90% des crédits votés en 2016 pour les investissements ont été dépensés. Dans ce journal, il écrit 80% alors que réellement ce taux est de 67% – ce qui a été confirmé en conseil municipal du 28 mars. Comment peut-on jouer à ce point avec les chiffres ? Vraisemblablement, ces manipulations de données sont destinées à valoriser l’action municipale d’une part et d’autre part à se qualifier de bon gestionnaire puisque les sommes prévues au budget voté ne sont pas dépensées !
Joli tour de passepasse !
On pourrait même se demander pourquoi nos impôts ne baissent pas avec un taux si faible d’investissement, et ce, d’autant que nous apprenons dans le numéro d’avril que la maison des associations ne démarrera finalement qu’en 2018. Elle avait pourtant été promise pour fin 2016.
Nous pouvons facilement admettre qu’il est parfois bon de différer une dépense d’investissement tout comme une dépense de fonctionnement pour mieux s’y prendre mais pas avec de tels ajournements.
A ce rythme-là, les carnets de commande des entreprises ne vont pas se remplir aisément. Il est d’ailleurs dommage que l’adjoint aux travaux n’est pas eu gain de cause auprès du maire pour obtenir une rallonge budgétaire car la voirie programmée à hauteur de 380 000€ est vraiment sous-estimée. A titre de comparaison, l’entretien de la voirie a coûté en moyenne 800 000€ par an de 2001 à 2014.
Côté fonctionnement, si les dotations d’Etat ont baissé, les recettes des impôts locaux n’ont jamais été aussi élevées. Par contre, on note un certain essoufflement car la dynamique due à une politique volontariste de création de lotissements jusqu’en 2014 ne va pas durer… Il serait bon d’y réfléchir rapidement sous peine de laisser la commune sans nouvelle urbanisation dans un futur proche.
Comme celui de 2016, le budget 2017 s’avère surdimensionné par rapport aux dépenses qui seront effectivement réalisées sur l’année courante, et surtout, il ne prépare pas l’avenir. Toutes ces raisons nous ont amenés à voter contre.