Archives mensuelles : octobre 2016

Plédranais nov 2016 : Le bénévolat associatif demain

Article de l’opposition dans le Plédranais de novembre 2016

Comme tous les ans, la Municipalité invite les membres dévoués des associations de notre commune à une remise de trophées le vendredi 18 novembre. Cérémonie qui permet de remercier les Plédranaises et Plédranais qui se mobilisent pour créer et animer des activités, organiser des soirées festives et autres manifestations permettant leur financement et celui de leurs initiatives. Aujourd’hui, à Plédran, ces associations comptent encore de nombreux adhérents avec généralement un noyau suffisamment efficace de bénévoles assidus dans chacune d’elle pour pouvoir continuer à fonctionner. Mais, déjà quelques-unes sont confrontées à des problèmes de renouvellement pour composer le conseil d’administration ou le bureau. Il n’est plus rare de devoir reconvoquer l’assemblée générale faute de candidatures pour composer le bureau. Et demain qu’en sera-t-il ?
Sans faire de pessimisme, nous constatons que l’équilibre est souvent fragile et que la moyenne d’âge des bénévoles s’élève plus vite que celle de la population concernée par l’association. C’est généralement le résultat d’une implication insuffisante des plus jeunes adhérents! Bien sûr les retraités actuels sont nombreux et plus actifs qu’il y a 30 ou 40 ans. Ils peuvent donc s’investir davantage dans la vie associative. Certes, mais même très actifs, ils ne peuvent être sauf exception, ni représentatifs de la population concernée par l’association, ni les seuls à se mobiliser sous peine de s’essouffler et de réduire le dynamisme du groupe. Comme en toute chose, il faut de la diversité, que ce soit en âge, en milieu social, en compétences…. C’est fort de toutes ces différences que naît le lien social et l’envie de bien vivre ensemble. Quoi de plus réjouissant que de voir une fête ou une activité réussie dans le mélange des populations.
Alors comment susciter plus d’engouement chez les jeunes générations ?  Evidemment, elles sont accaparées par leur travail, leurs charges familiales mais est- ce suffisant pour expliquer leur absence d’adhésion et surtout leur refus de prise de responsabilités dans la vie associative. Nous les avons déjà vues se mobiliser fortement pour une cause sur un temps court. Donc tout n’est pas perdu! Pour autant comment passer de la simple adhésion à un engagement  associatif ? Le bénévolat serait- il devenu éphémère? Peut-on encore donner de son temps sans être gratifié?
A l’heure où les subventions aux associations diminuent ici ou là, des  réponses devront être apportées à ces questions sous peine de voir disparaitre ce qui participe du ciment de la vie sociale.