Archives mensuelles : avril 2016

Démission du Conseil municipal

Hier soir, en fin de Conseil municipal, Sylvie Le Tallec a annoncé sa démission. Voici le texte de son intervention :

« Monsieur le Maire,
Je vous remercie de me permettre de faire une courte déclaration à l’issue de ce Conseil municipal puisque ce sera le dernier pour moi.
J’ai été adjointe aux finances de 2008 à 2014 et j’ai consacré beaucoup de temps et d’énergie à la ville de Plédran et ses habitants, en prenant une bonne part sur ma vie personnelle et même professionnelle. Mais c’est sans aucun regret car je suis fière du travail accompli avec Maryse Raoult et toute notre équipe.
En dépit de ce que certains veulent faire croire, ne pas faire de politique dans la gestion d’une commune est impossible. Au sens propre du terme, la politique établit le fonctionnement des instances et les choix de conduite des affaires publiques. Tout élu, ici et ailleurs, fait donc de la politique.
De fait, j’ai été heureuse de faire de la politique avec l’équipe de Maryse, participer aux décisions, y contribuer dans un réel esprit de concertation, avec rigueur et sérieux et en faisant toujours prévaloir l’intérêt général sur les intérêts individuels.
Je tiens à remercier sincèrement toutes celles et tout ceux qui m’ont accompagnée pendant cette période : les élus bien sûr mais également les employés municipaux.
J’ai toujours considéré que le travail d’équipe est enrichissant et que le débat contradictoire permet de progresser, que l’information et la transparence sont indispensables au débat, donc à la démocratie. C’est dans cet esprit que nous avons avancé jusqu’en 2014. Pour autant, les Plédranais ont choisi de vous confier la gestion municipale et je pensais pouvoir trouver ma place en tant qu’élue de l’opposition. Aussi, j’ai gardé jusqu’à ce jour un certain espoir que le mode de fonctionnement adopté puisse évoluer. Or, il n’en est rien. En deux ans, j’ai participé à trop peu de commissions permettant un réel travail de ses membres pour conserver la même énergie à œuvrer pour la commune de Plédran. Ainsi, quitter le conseil est paradoxalement un moyen de rester en accord avec mes convictions. Si j’ai trouvé une autre voie pour m’investir dans les affaires publiques, je ne quitte pas Plédran pour autant et je pense même que j’aurai une plus grande liberté d’expression en étant hors du Conseil municipal.
Mes collègues de l’opposition savent pouvoir continuer à compter sur moi et je leur souhaite bonne route dans leur engagement au service de l’intérêt général et à la défense du service public municipal dont les Plédranais ont grand besoin.
Je vous remercie »